Explications

Explications_Allergies_Lait_Allergies_Alimentaires_association_1
Explications_Allergies_Lait_Allergies_Alimentaires_association_1

Les trois types de réactions possibles :

Il existe trois types de réactions indésirables au lait de vache: l’allergie au lait IgE- dépendante (classique allergie aux protéines de lait de vache ou APLV), l’allergie au lait non IgE-dépendante et l’intolérance au lactose (sucre présent uniquement dans le lait). Seule l’intolérance au lactose met en jeu des mécanismes non immuno-allergiques.

Les réactions croisées avec le lait de vache mettent en cause le lait de chèvre ou de brebis ainsi que les protéines du lait maternel (il a été montré que la alpha-caséine humaine et la beta-caséine bovine avaient plusieurs épitopes communs), et plus généralement les protéines de bœuf.

L’allergie au lait non IgE-dépendante:

Elle se manifeste chez les enfants nourris au lait de vache, par une gastro-entéropathie (vomissements, diarrhées, coliques) induite par une forte exposition aux antigènes du lait de vache sans pour autant faire intervenir des anticorps IgE. C’est l’allergène le plus fréquemment en cause chez le jeune nourrisson lorsque l’enfant reçoit un régime lacté prédominant.

L’allergie aux protéines du lait de vache IgE-dépendante: 

Elle peut se manifester chez l’adulte et le grand enfant, mais elle est surtout l’apanage du nourrisson et du jeune enfant. Elle est provoquée par plusieurs protéines, principalement les caséines, la β-lactoglobuline et par l’α-lactalbumine. Les manifestations cliniques des réactions allergiques sont les suivantes : vomissements, diarrhée, urticaire, dermatite atopique, angio-œdème, asthmeou choc anaphylactique.

L’allergie au lactose intolérance au lactose par déficit enzymatique en lactase: 

Il s’agit de la traduction clinique de la disparition physiologique de la capacité à digérer le lactose, principal sucre du lait. Elle se traduit par des douleurs abdominales, de la diarrhée et des gaz dans les heures suivant l’ingestion de lait. Cette pathologie est de mieux en mieux reconnue et une amélioration des symptômes est constatée avec l’utilisation de lait fermenté (yaourt) qui apporte sa propre enzyme lactase. Cette pathologie, largement répandue dans la plupart des populations adultes du monde, est à différencier de « l’allergie aux protéines du lait de vache » qui appartient à la catégorie des allergies alimentaires vraies.

L’étiquetage obligatoire en Europe :

Les protéines du lait de vache sont de plus en plus fréquemment utilisées en tant qu’ingrédient alimentaire (émulsifiants) dans des produits variés. Le lactose, couramment utilisé dans les produits industriels, pourrait contenir des traces de caséine et de protéines de lactosérum (lactoglobuline, lactalbumine) et ainsi provoquer des réactions indésirables chez les sujets allergiques . C’est pourquoi un étiquetage clair et précis est primordial.

La Directive européenne modifiée transposée en droit français par le Décret n°2008-1 153 du 7 novembre 2008 modifie l’annexe IV du Code de la Consommation, concernant la liste des ingrédients allergènes majeurs devant figurer sur l’étiquetage des denrées alimentaires. Cette annexe IV  constitue donc la liste actuelle à prendre en compte au plan national et communautaire.

8% des enfants sont allergiques au lait en France

50% des français sont intolérants au lactose

Le lait et l’œuf sont les deux principaux allergènes chez l’enfant de moins d’un an

En Suisse, la mention “exempt de lactose” est utilisée pour moins de 0,1 g de lactose par 100 g ou 100 ml

Risque de carences en vitamines A, B6, B12 et D